This post is also available in: deDeutsch pt-brPortuguês ruРусский enEnglish

EletroPay, qui est supervisé par Rodrigo Ambrissi de Dash Brazil, a développé une nouvelle solution de point de vente pour les marchands, leur permettant d’accepter facilement et en toute sécurité Dash et de dire fièrement aux autres qu’ils travaillent avec Dash.

Rodrigo a raconté à DFN comment il est arrivé à travailler sur ce projet. À cette époque il était au Venezuela pour tourner le documentaire sur Dash Venezuela et il a pu observer tout le processus par lequel passent kes entreprises qui acceptent Dash.

« Le propriétaire de l’entreprise doit être présent à la caisse parce qu’il utilise son propre téléphone portable, il y a donc un problème de confiance ».

Il a décrit comment certains propriétaires d’entreprise peuvent faire confiance à leurs employés pour utiliser leur téléphone portable ou utiliser un appareil acheté spécialement pour accepter Dash, mais ce n’est pas la solution la plus favorable pour les petites entreprises. Rodrigo a également dit à la DFN que les commerçants des pays du tiers monde craignent d’afficher une adresse papier permanente, car il s’agit d’un risque pour la sécurité puisque n’importe qui peut consulter l’adresse, voir la quantité de Dash et potentiellement menacer physiquement des personnes dans le magasin pour obtenir l’argent. De plus, Rodrigo a commenté la façon dont les marchands qui acceptent Dash ont un autocollant sur leur porte, fenêtre ou registre, mais ils ne le mettent pas trop en évidence.

La solution qu’ils ont trouvée est donc Eletropay car elle permet aux commerçants d’accepter Dash en toute sécurité tout en l’affichant clairement et tout cela sans avoir à utiliser un appareil séparé coûteux ou à s’inquiéter des personnes qui fouillent dans leur portefeuille Dash. Les dispositifs phares permettront au commerçant de stocker jusqu’à 25 adresses de portefeuille qui vont avoir une rotation, de sorte qu’aucune transaction consécutive n’utilise le même portefeuille. Ce dispositif permet au commerçant d’entrer un montant au moyen du clavier, puis d’afficher un QR code sur l’écran et, une fois la transaction confirmée, le symbole  » Dash accepté ici  » clignote et peut faire un bruit tel que  » ding-dong  » ou mentionner  » 40 dollars reçus « .

Solution technique

Pour ce projet, Rodrigo s’est associé à un contact précédent, Nelson Kameda, qui est « extrêmement intelligent, qui connaît bien la technologie et la programmation, et qui est le cerveau de l’opération ». Kameda est propriétaire d’une entreprise qui gère de nombreux distributeurs automatiques de billets, de vente et de scannage, ainsi que d’autres systèmes de point de vente à travers le Brésil, et est donc très familier avec la technologie.

« Nous ne voulions pas que notre produit dispose d’une connexion en ligne pouvant être piratée par un pirate informatique, remplacer le code QR et recevoir des paiements dans votre portefeuille. »

Rodirgo a poursuivi en décrivant comment « le commerçant peut stocker jusqu’à 25 adresses à partir de n’importe quel portefeuille » et il connecte les appareils en demandant au commerçant de « créer une adresse IP privée entre la connexion Internet du commerçant, l’ordinateur portable ou le téléphone cellulaire et la machine ». Le commerçant « copie et colle leurs adresses dans la machine, mais la partie délicate est que pour sauvegarder les adresses… dans le panneau POS, le commerçant doit appuyer physiquement sur un bouton sur le panneau POS ou sinon les nouvelles adresses ne peuvent pas être sauvegardées ». Ceci fournit une couche de sécurité supplémentaire car même si un pirate accède à la page Web qui connecte les périphériques, il ne peut rien faire à moins d’être physiquement capable d’appuyer sur le bouton sur le panneau POS. La machine ne pourra également recevoir des informations de la blockchain que pour qu’elle puisse clignoter et sonner seulement après confirmation sur la blockchain.

Rodrigo a déclaré à la DFN qu’ils avaient déjà dépensé 80 000 $ de leur propre argent pour y arriver et rendre cela possible, mais qu’après avoir obtenu et livré un produit fonctionnel, il envisage de soumettre une proposition de recouvrement des frais via le réseau. Il lui semble qu’une telle méthode est la meilleure, car les opérateurs de réseaux mobiles se méfient des projets risqués. Rodrigo a aussi dit qu’ils avaient déjà trouvé deux usines en Chine pouvant être engagées dans la production et que l’achat d’écrans en papier électronique serait effectué auprès d’autres fournisseurs. Rodrigo et Kameda espèrent disposer d’un appareil totalement fonctionnel d’ici les deux prochaines semaines. Il souhaite utiliser cet appareil pour faire une publicité en Colombie. A partir du budget qu’ils ont déjà alloué, ils fabriqueront 100 appareils et en conserveront 10 pour en faire la démonstration lors de diverses expositions et conférences. Quant aux 90 pièces restantes, Rodrigo envisage de transférer 10 appareils à l’équipe principale, 20 à Dash Colombia, 50 au Venezuela (25 pour Eugenia et 25 à Dash Merchant) et 10 autres pour le contact Dash en Suisse. Rodrigo demandera à toutes ces personnes de distribuer les appareils parmi les « fournisseurs de confiance … et de leur demander de répondre à un sondage ». Rodrigo et Kameda apporteront ensuite toutes les modifications/améliorations nécessaires sur la base des retours d’expérience et entreront ensuite en pleine production.

Il est prévu de créer trois appareils dont le prix variera entre 20 et 55 dollars, mais ces prix ne sont pas encore précis. Rodrigo a déclaré qu’ils vendaient des appareils «à prix coûtant» et « ne veulent pas en tirer profit, car dans ce cas, le profit n’est pas une fin en soi. Le but est de trouver une solution pratique pour les vendeurs. » Le niveau le plus bas n’aura pas d’écran e-paper et ne sera que le signe qui clignote lors de la confirmation de la transaction, le niveau moyen aura l’écran e-paper qui peut faire défiler jusqu’à 25 adresses de portefeuille et comportera le signe clignotant, et le niveau supérieur aura également une fonction d’impression des reçus pour afficher les détails de la transaction.

Pour ceux qui sont intéressés, EletroPay publiera des photos de la recherche, des unités de travail actuelles, des designs, et plus encore sur leur page officielle twitter. Rodrigo a expliqué que l’essentiel du travail avait déjà été effectué, que l’équipement fonctionnait et qu’il ne reste plus qu’à régler quelques détails.

Dash mélange le monde réel avec le monde numérique afin d’améliorer le déploiement.

Rodrigo a souligné comment les idées de Kameda représentent l’importance et les capacités du matériel informatique travaillant avec les cryptomonnaies. Rodrigo a résumé la proposition de Kameda selon laquelle il serait « incroyablement simple de tout retirer de l’affichage sur le point de vente, d’utiliser le matériel informatique, qui pourrait coûter entre 20 $ et 25 $ avec des modifications, et de le mettre dans n’importe quelle machine à soda avec une connexion wifi pour accepter Dash immédiatement ». Ce n’est pas la première incursion de Dash dans le matériel informatique pour rendre l’adoption plus facile et plus agréable. Récemment, un groupe en Estonie a créé son propre système de point de vente avec des bracelets NFC pour faire payer les gens en Dash lors de concerts… Et tout ça, sans le moindre effort. D’autres systèmes de point de vente qui ont intégré Dash tels que AnyPay, Coinify, QR.CR, et Spark; ont chacun leurs propres caractéristiques uniques pour servir les marchands à travers le monde.

Bien que la méthode de financement de Rodrigo ne soit possible que pour ceux qui disposent des liquidités nécessaires, il dépend toujours du remboursement par la DAO de la Dash. D’autres réseaux qui n’ont pas de trésorerie doivent s’en remettre strictement au volontariat, ce qui est possible, mais qui limite fortement les capacités d’innovation. Dash, cependant, peut financer ces innombrables développements logiciels et matériels pour augmenter l’adoption de Dash en facilitant et simplifiant l’utilisation de Dash pour les transactions quotidiennes dans le monde entier.