This post is also available in: enEnglish deDeutsch pt-brPortuguês ruРусский

Les paires de trading lié à Dash ont été ajoutées à eBitcoinics. Cela qui améliore considérablement les opportunités d’adoption de Dash en Afrique.

Situé au Ghana, eBitcoinics, un échange de cryptomonnaies servant un certain nombre de pays africains et offrant des paires de trading pour plusieurs cryptomonnaie majeure telles que Bitcoin, Ethereum, Bitcoin Cash et Litecoin, ainsi que quelques cryptomonnaies moins importantes telles que SmartCash et Global Reserve. L’ajout de Dash a été annoncé cette semaine:

« Dash est maintenant accepté dans certains magasins au Ghana et au Nigeria. Vous pouvez également réserver une chambre à l’hôtel et payer avec Dash dans certains hôtels à Accra, Tema, Tamale et d’autres villes à travers le Ghana.

Aujourd’hui, nous annonçons que Dash (DASH) a été ajouté au principal marché d’échange de cryptomonnaie du Ghana et du Nigeria, eBitcoinics.com. »

eBitcoinics offre actuellement des paires de trading avec le cedi ghanéen et le naira nigérian ayant toute une variété d’options de paiement, y compris le transfert bancaire, PayPal ansi que le paiement par téléphone . L’échange est le premier échange de cryptomonnaies pour le Ghana et le Nigeria. Son service est important et croissant dans la région.

La mise en œuvre répond au problème clé de liquidité au Ghana

L’ajout de Dash à la plateforme eBitcoinics comble une lacune importante de liquidité dans l’ensemble de la région, et en particulier au Ghana. La demande locale au Ghana pour l’achat de Dash a longtemps dépassé l’offre disponible. Selon le représentant en chef de Dash en Afrique Mahamudu Abdul Salam, ce problème va sensiblement diminuer en raison de la nouvelle intégration:

« C’est une grande victoire pour l’adoption de Dash au Ghana, car c’est une solution réelle et tant attendue au problème de liquidité de Dash dans le pays. C’est maintenant résolu puisque les gens peuvent dorénavant plus facilement et librement acheter et vendre / échanger des Fiat pour du Dash sur eBitcoinics. Cet échange est sans aucun doute le meilleur échange de devises non seulement au Ghana, mais aussi au Nigeria, avec de multiples moyens de paiement pour les achats comme le paiement par téléphone, les paiements bancaires et PayPal. »

Le Ghana est l’une de ces régions africaines où l’adoption de Dash est la plus réussie. En ce moment sur le site DiscoverDash, il y a 9 entreprises dans ce pays qui acceptent Dash, principalement dans la région nord de Tamale, ou dans la capitale d’Accra. Résoudre les problèmes de liquidité promet d’optimiser la mise en œuvre de Dash dans la région.

Les fonds pour l’intégration ont été financés par la communauté de Dash.

L’intégration avec l’échange eBitcoinics a été financée par Dash lui-même. Cependant, contrairement à de nombreuses intégrations qui ont été financées soit par une proposition budgétaire au Trésor de Dash, soit par le biais du service de développement business de l’équipe principale de Dash, ces fonds ont été collectés par la communauté. Abdul Salam considère ceci comme le moyen le plus rapide et le plus efficace de lever des fonds sans recourir aux canaux officiels:

« D’après mon expérience, le crowdfunding des frais d’intégration en dehors du système de trésorerie de Dash est de loin le moyen le plus rapide et le plus facile de lever des fonds au sein de la communauté Dash.Cela montre que la communauté Dash est engagée à mettre tout en oeuvre pour permettre une adoption mondiale. Du jour au lendemain, après que les investisseurs providentiels de la communauté de Dash soient rentré de vacances, ce sont 13 Dash qui ont été collecté pour permettre l’intégration. C’est incroyable et cela renforce le fait que la communauté Dash, mis à part son système de trésorerie, a mis en place des systèmes fonctionnels pour faire en sorte que les choses les plus importantes pour le réseau puissent se réaliser. »

Au moment de la rédaction de cet article, le cours Dash coûte environ 250 $, et environ 1,5 million de dollars par mois est reçu de la part du budget. C’est inférieur à la fin de l’année passée, lorsque ce montant était de 10 millions de dollars, ce qui a conduit à une réduction du financement budgétaire et à la recherche de moyens alternatifs pour lever des fonds.