This post is also available in: deDeutsch pt-brPortuguês ruРусский enEnglish

La semaine dernière, la cryptomonnaie Zcash axée sur la confidentialité, a reçu l’approbation des autorités de contrôle de l’Etat de New-York pour négocier sur Gemini aux Etats-Unis.

Gemini est la première plateforme d’échange sous BitLicense à permettre le trading avec une cryptomonnaie axée sur la confidentialité. L’accord reçu du Département des services financiers lance un signal positif à d’autres monnaies qui disposent de fonctionnalités relatives à la confidentialité, telles que Monero, PIVX, Verge, et Dash. Eric Winer, le VP de l’ingénierie de Gemini, déclare être « excité de fournir à nos clients, une plateforme sure, sécurisée, et réglementée pour acheter, vendre et stocker du Zcash ».

Le Département des services financiers a publié ses propres commentaires, soulignant le fait que Zcash dispose de deux types de transactions : des transactions transparentes et protégées. » Les transactions transparentes s’opèrent de façon similaire à celles du Bitcoin dans le fait que le solde et les montants de la transaction sont publiquement visibles dans la chaine de blocs. Les transactions protégées utilisent des adresses Z et sont complètement privées. Les transactions associées à des adresses Z n’apparaissent pas dans la chaine de blocs publique. « Les commentaires ont également mis en évidence le fait que les transactions faisaient « l’objet d’une surveillance constante par l’état ».

Les gouvernements deviennent-ils favorables aux cryptomonnaies privées?

Zcash est unique dans le fait qu’elle emploie des ‘zk-SNARKS’ ou ‘preuves de zéro connaissance’, acronyme de ‘zero-knowledge succinct non-interactive arguments of knowledge’ et qui font qu’il est statistiquement impossible pour des tiers d’espionner qui dépense quel montant et en quoi. La confidentialité était un des objectifs premiers de la cryptomonnaie, comme le Bitcoin que l’on pensait être complètement anonyme dans le passé. Cependant, on soupçonne la NSA, l’importante organisation de surveillance gouvernementale aux USA, d’avoir traqué les utilisateurs de Bitcoin suite à des révélations d’Edward Snowden. Alors que les soupçons naissaient, d’autres monnaies ont commencé à émerger, disposant de fonctionnalités plus importantes relatives au caractère privé, mais les gouvernements n’ont pas apprécié ce développement.

Europol, a exprimé son inquiétude à propos de la croissance des monnaies privées et le Japon a commencé à faire activement contre-campagne et à décourager les plateformes d’échange de coter ces monnaies privées. Bill Gates s’est également exprimé contre les monnaies offrant aux personnes une plus grande confidentialité. Cependant, malgré leurs inquiétudes, des études indiquent que la propension des cryptomonnaies à être utilisées dans le cadre d’activités illégales est négligeable, et même plus basse que pour les activités illégales conduites via du cash. Cette manœuvre de New-York démontre que les opinions du gouvernement changent. De plus, le fait que le Département des services financiers ait souligné que Zcash dispose autant de transactions transparentes que protégées, attire l’attention sur l’augmentation résultante de la fonctionnalité pour les consommateurs. Ceci pas uniquement en raison de davantage d’options, mais également en raison de la probabilité croissante d’une approbation par les organismes de réglementation.

Dash conserve des consommateurs satisfaits et garde les autorités de contrôle à l’écart avec des fonctionnalités de confidentialité optionnelles

Dash offre également aux utilisateurs la possibilité d’envoyer Dash soit via une transaction classique soit via PrivateSend, un mélange d’apports de plusieurs acteurs différents sans tiers de confiance requis, qui permet de cacher l’émetteur initial. Cette fonctionnalité offre aux consommateurs la possibilité de maximiser leur utilisation, fournir des incitants pour s’assurer que le réseau ne sature pas avec des demandes inutiles, et prouve que de nombreux utilisateurs Dash ne sont pas nécessairement de la partie pour ce qui est des fonctionnalités de confidentialité. Le dernier avantage est particulièrement pertinent car même si comme mentionné plus haut, les points de vue pourraient être en train de changer, de nombreux gouvernements entretiennent une crainte irrationnelle pour l’utilisation des cryptomonnaies à des fins illicites. Disposer des deux options au sein d’une seule cryptomonnaie montre aux organismes de réglementation que Dash est avant tout utilisé pour améliorer la vie des gens.

De plus, Dash est structuré de manière à permettre à toutes les transactions de rester visibles dans la chaine de blocs. Cela démontre par ailleurs aux autorités de contrôle que Dash n’est pas actif dans la promotion d’activités illégales et qu’elles devraient donc réprimer la plupart de leurs craintes liées à Dash. Toute crainte qui subsisterait au sujet de la protection du consommateur est également vaine, étant donné que Dash est structuré de manière à inciter tous les acteurs à agir dans le meilleur intérêt des consommateurs et à fournir le meilleur service possible pour améliorer leurs propres positions. Cet aspect peut être observé à travers le nombre incalculable d’individus qui adoptent Dash dans de nombreux pays en raison, en partie, d’excellentes activités de développement et de communication facilitées par le système de gouvernance incitatif de Dash. Dash est donc capable de contrer efficacement de nombreux arguments potentiels produits par des autorités de contrôle.